« Qu’est ce qui retient les gens de la vie qu’ils veulent vraiment vivre? 

Je dirais que le fait de trop réfléchir rend les choses très communes et destructrices.

Ils réfléchissent à chaque petit problème jusqu’à ce qu’il devienne de plus en plus grand et effrayant de ce qu’il est réellement.

Et ils réfléchissent tellement aux choses positives qu’à la fin ces choses n’ont plus l’air positives.

Ou ils sur-analysent et décortiquent les choses qu’ils ne profitent jamais du moment présent.

Bien sûr, repenser aux choses peut être une bonne chose.

Mais en étant cérébral (penseur) cela peut entraîner à devenir quelqu’un d’immobile dans la vie.

En devenant quelqu’un qui auto-sabote les bonnes choses qui ont lieu dans la vie.

Je sais.

J’avais l’habitude de beaucoup sur-analyser les choses jusqu’au jour où ça s’est retourné contre moi et cétait vraiment pas marrant.

Mais pendant ces 8 dernières années j’ai appris à donner moins d’importance à ce sujet et depuis ça ne revient plus.

Et si ça revient, je sais maintenant comment le surmonter.

Dans ce post, je voudrais partager 9 bonnes habitudes qui m’ont énormément aidé à devenir un penseur simple et plus intelligent afin de vivre une vie plus heureuse et moins craintive.

Comment arrêter de trop réfléchir ? voici 9 habitudes faciles a adopter…

1. Mettez les choses dans une perspective plus large.

Il est très facile de tomber dans le piège de la sur-analyse des petites choses de la vie.

Alors lorsque vous pensez et repensez à quelque chose, demandez-vous:

  • Est-ce que ceci aura de l’importance dans 5 ans?
  • Ou même dans 5 semaines?

J’ai remarqué qu’en élargissant la perspective en me posant cette simple question, je peux rapidement arrêter de sur-analyser et ça m’aide à me détacher de cette situation et je concentre ainsi mon temps et mon énergie sur des choses qui ont vraiment de l’importance pour moi.

2 . Réduisez les délais des décisions.

Si vous n’avez pas de délais pour prendre une décision à agir alors vous continuerez pendant très longtemps à penser sans cesse et à visualiser vos pensées sous tous les angles dans votre esprit.

Donc apprenez à mieux prendre les décisions pour passer à l’action en vous fixant des délais au quotidien.

Peu importe l’importance de la décision.

Voici ce qui a marché pour moi:

  • Pour les petites décisions comme le fait d’aller faire la vaisselle, répondre à un email ou faire du sport; habituellement je me donne moins de 30 secondes pour prendre cette décision.
  • Pour les grandes décisions qui m’auront pris avant des jours ou des semaines pour réfléchir; je me donne un délai de 30 minutes ou d’une journée de travail.

3 . Devenez une personne d’action.

Quand vous savez comment démarrer chaque jour avec une action cohérente alors vous négligerez davantage la sur-analyse.

La fixation de délais m’a beaucoup aidé à devenir une personne d’action.

À petits pas je me suis uniquement concentré pour obtenir une chose à la fois et c’est une habitude qui a vraiment bien marché.

C’est très efficace parce que vous vous sentez moins débordé et ressentez moins le besoin de vous enfuir.

Et même si vous avez peur, faire un pas en avant est juste une étape qui ne laissera pas la peur vous paralyser.

4. Sachez que vous ne pouvez pas tout contrôler.

En essayant de penser 50 fois aux choses, ça peut être une façon de vouloir tout contrôler. Ainsi que vouloir tout surveiller afin de pas faire d’erreurs, d’échouer ou de ressembler à un imbécile.

Mais ces choses font partie d’une vie où vous allez hors de votre zone de confort. Tous les gens que vous admirez ont vécu une vie remplie d’échecs. Ils ont fait des erreurs.

Mais dans la plupart des cas, ils ont également vu ces choses en tant qu’informations précieuses pour l’apprentissage.

Ces choses qui peuvent paraître négatives ont été très précieuses pour les aider à grandir.

Alors arrêtez d’essayer de tout contrôler.

Essayer de faire ceci ne fonctionne tout simplement pas parce que personne ne peut prédire toutes les possibilités de scénarios à l’avance.

Bien sûr, ceci est plus facile à dire qu’à faire.

Donc si vous le souhaitez, faites-le petit à petit.

5. Dites ‘stop’ dans une situation où vous n’avez pas les idées claires.

Parfois quand j’ai faim ou quand je suis couché dans le lit sur le point de m’en dormir, les pensées négatives commencent à bourdonner dans mon esprit.

Dans le passé, ces pensées auraient pu faire quelques dégâts.

Aujourd’hui, j’arrive à vite en prendre conscience et je me dis: Non non, nous n’allons pas y penser maintenant.

Je sais que quand j’ai faim ou quand je suis somnolent, mon esprit a parfois tendance à être vulnérable à la négativité et ne pense plus clairement.

Donc ma phrase « non, non … » me revient et je me dis que je vais réfléchir à la situation présente quand mon esprit fonctionnera beaucoup mieux.

Par exemple, le matin quand j‘ai mangé quelque chose ou que j’ai récupéré mes heures de sommeil.

Il m’a fallu un peu de pratique pour que ce fonctionnement se mette en place, mais j’ai obtenu de bons résultats en repoussant la pensée de cette manière.

Et je sais par expérience que quand je ré-analyse une situation avec un certain niveau de réflexion, dans 80% des cas, le problème est très minime voire inexistant.

Et s’il y a un réel problème alors mon esprit est prêt à faire face de manière beaucoup plus efficace et constructive.

6. Ne vous perdez pas dans les craintes autour de vous.

Un autre piège dans lequel je suis tombé plusieurs fois et qui a stimulé la sur-analyse est le fait que je me suis perdu dans les craintes qui m’entouraient.

Et alors mon esprit a pété un câble et commençait à créer des scénarios catastrophiques sur des éventualités par rapport à mes actions futures.

J’ai donc appris à me demander: honnêtement, qu’est-ce qu’il pourrait arriver de pire?

Et quand j’ai compris que le pire qui pouvait arriver de pire c’était ce qu’il se passait à l’instant même et que je pouvais passer moins de temps à réfléchir aux éventualités d’une solution.

J’ai remarqué que le pire qui puisse réellement arriver était généralement quelque chose de moins effrayant que ce j’avais vaguement imaginé.

Trouver la clarté de cette manière ne demande généralement que peu d’énergie et quelques minutes de votre temps, ceci vous fera économiser beaucoup de temps et de souffrance.

7. Faites du sport.

Cela peut paraître un peu bizarre.

Mais mon expérience avec le sport, en particulier avec la levée des poids, peut m’aider à lâcher des tensions et des problèmes internes.

Souvent cela me rend plus décisif et à l’époque où je réfléchissais trop c’était ma méthode pour me changer les idées afin de m’évader vers des pensées plus constructives.

8 . Passez plus de temps dans le moment présent.

En étant dans le moment présent dans votre vie quotidienne plutôt que dans le passé ou dans un avenir possible, vous pouvez remplacer de plus en plus le temps que vous passez habituellement sur la sur-analyse des choses juste en étant ici et maintenant.

Trois façons que j’utilise souvent pour me renouer avec le moment présent:

  1. Prenez votre temps. Prenez votre temps à faire les choses en ce moment présent. Déplacez-vous plus lentement, parlez plus lentement ou roulez à vélo plus lentement par exemple. En faisant cela, vous devenez plus conscient de la manière dont vous utilisez votre corps et de ce qui se passe tout autour de vous.
  2. Dites-vous: Maintenant, je suis … Je me dis souvent ceci: Maintenant, je suis X. Et X pourrais me brosser les dents. Dans une promenade dans les bois. Ou en faisant la vaisselle. Ce simple rappel permet à mon esprit d’arrêter l’errance et il ramène ma concentration sur ce qui se passe au moment présent.
  3. Déconnectez et reconnectez-vous. Si vous sentez que vous vous perdez dans la sur-analyse alors déconnectez-vous de cette pensée, dans votre esprit, criez ceci à vous-même : STOP! Et puis reconnectez-vous avec le moment présent en prenant seulement 1-2 minutes pour vous concentrer pleinement sur ce qui se passe autour de vous. Faites-le avec tous vos sens. Ressentez-le, écoutez-le, sentez-le, voyez-le et ayez la sensation sur votre peau.

9 . Passez plus de temps avec des gens qui ne sur-analysent pas les choses.

Votre environnement social joue un grand rôle.

Et pas seulement les personnes et les groupes proches de vous dans la vie réelle.

Mais aussi ce que vous lisez, écoutez et regardez.

Les blogs, les livres, les forums, les films, les podcasts et la musique dans votre vie.

Alors pensez s’il y a des sources dans votre vie, à proximité ou loin de vous, qui encouragent et alimentent la création de la sur-analyse dans votre esprit.

Et pensez aux gens ou aux sources qui ont l’effet inverse sur vous.

Trouvez des manières de passer plus de temps et d’attention avec les gens et les sources qui ont un effet positif sur votre façon de penser et qui ont moins d’influence à alimenter et à renforcer votre habitude de la sur-analyse. »

Publié par Sandra Véringa le 15 février 2015 sur espritsciencemataphysiques.com

Publicités