Connaissez-vous des crises de panique ?

Etes-vous dans l’urgence très souvent ?

Subissez-vous certains événements en raison d’un manque d’anticipation ?

Nous sommes très souvent dans un état de précipitation avec pour chaque instant de notre vie, un timing bien trop serré.

De fait, nous sommes en permanence dans la réaction au lieu d’être dans l’action.

Notre environnement nous domine alors qu’avec une attitude proactive, nous devrions le dominer.

Mais au fait, qu’est-ce qu’être PROACTIF ?

Vous devez entendre ce mot très souvent lors d’échanges avec votre hiérarchique, lors d’un point métier par exemple : « tu dois être plus proactif ».

Selon Alain Paul Martin dans son livre « La Gestion proactive » (publié en 1983)  être PROACTIF se définit dans un Cadriciel de gestion fondée sur la liberté de choix et axée sur quatre familles d’options génériques :

1.   Options attentistes ou de laissez-faire ;

2.   Options conformistes (minimum pour ne pas s’attirer d’ennuis) ;

3.   Options actives (jouer le jeu et faire ce qui est pratique courante ou normale telle que par exemple la norme ISO 9000) ;

4.   Options PROACTIVES, c’est-à-dire convertir une menace en opportunité favorable, prévenir un risque (un conflit ou une crise), créer des occasions sans égal ou maximiser les bénéfices et l’avantage compétitif, quelle que soit la situation. Si possible, faire bien mieux avec le moins de ressources, voire changer les règles du jeu.

C’est bien cette option 4 qui nous intéresse, vous comme moi.

Anticiper pour mieux agir. Bref : Ne plus subir. Ne plus réagir.

Il semble donc indispensable, pour « grandir » personnellement, de contrôler autant que faire se peut une situation, plutôt d’être commandé par elle.

Être capable d’empêcher des événements négatifs de se produire !

Tel est l’objectif d’une attitude proactive.

Dans la gestion de projet, l’analyse des risques est essentielle pour déterminer quelles sont les bonnes et les mauvaises orientations à prendre avant de se lancer de manière opérationnelle sur le terrain.

Contrairement à l’attentisme ou à la réaction, l’attitude proactive est calée par rapport à des dommages potentiels et réels, avec l’utilisation d’outils adaptés à la situation rencontrée.

Il se sera plus nécessaire de « compter » les mauvais points en raison d’un comportement passif, mais bien de les éviter.

Dans la communication, domaine dans lequel la passion l’emporte souvent sur la raison, il est indispensable d’être proactif et d’anticiper les réactions de son interlocuteur.

Loin d’être de la manipulation, l’idée est d’éviter que l’échange monte inutilement en pression, ce qui risque, rapidement, de bloquer la situation.

Lors d’un échange, lors d’une négociation, l’objectif doit clair.

Est-il nécessaire d’avoir raison à tout prix, ou plutôt d’atteindre son objectif ?

Atteindre son objectif bien sûr !

Pour cela, la meilleure méthode reste la préparation de l’argumentaire, mais aussi et surtout des potentielles réactions de votre interlocuteur.

Désamorcer un maximum de mauvaises réactions de votre interlocuteur.

Il est dit que « mieux vaut prévenir que guérir » !

Gardons à l’esprit qu’être PROACTIF est le meilleur moyen d’arriver à ses fins.

Quel que soit votre domaine d’activité, quel que soit la situation, vous vous devez d’évaluer en permanence les risques de tel ou tel comportement, de telle ou telle action.

Cela prend du temps bien sûr, mais bien moins que de réparer les dégâts occasionnés par une attitude attentiste.

Dans mon métier qu’est la gestion d’équipements sportifs (centres aquatiques en majorité), la première mission non négociable est celle de devoir assurer la sécurité des biens et des personnes en permanence.

Notre attitude proactive nous amène à évaluer chaque risque (incendie, noyade, …) et à mettre les moyens adaptés pour éviter d’être dans la réaction inadaptée lors d’un événement néfaste.

Une attitude attentiste serait de mettre dans la balance le fait que l’accident n’arrive qu’aux autres, ou encore qu’il y a très peu de chance que cela arrive… !

Nous avons toutes et tous une imagination débordante, permettant de nous projeter dans toutes sortes de scénarios, positifs ou négatifs, relatifs à une situation.

C’est bien une démarche proactive qui permets, dans un maximum de situations, ne pas subir les conséquences d’une impréparation.

Nous nous devons de faire connaître à nos projets une dimension finale favorable.

L’insouciance de la jeunesse fait souvent que l’on fonce sans réfléchir.

La maturité apporte à celui ou celle qui est expérimenté une prise de conscience que la préparation, l’analyse des risques, le plan d’action, et autres outils sont les meilleurs moyens de réduire l’impact d’un facteur négatif potentiel et de ses conséquences.

Il est essentiel de prendre conscience que de ne pas agir sur une situation aura tout de même des conséquences.

D’où l’immense intérêt d’agir en préparant l’avenir d’un projet et les conséquences de nos décisions.

En ne subissant plus de mauvais résultats, car déjà identifiés dans votre plan d’action ou dans votre analyse des risques, vous n’aurez plus votre esprit fâché ou tourmenté.

Vous aurez déjà le plan d’action en tête et votre esprit sera concentré sur l’après plutôt que sur l’instant présent subi.

Gardez à l’esprit que vous pouvez influencer tout ce qui est sous votre contrôle.

C’est çà être proactif.

Vous ne réagirez plus car vous aurez déjà travaillé sur comment traiter à un obstacle.

Vous aurez la pleine dimension d’une situation et vous ne sauterez plus dans la première solution venue, mais vous appliquerez simplement les solutions travaillées en amont.

Vous devez d’anticiper tous les problèmes et toujours considérer les conséquences de vos actions, inactions, mots et silences.

Etre proactif, c’est avoir un coup d’avance. C’est être stratège !

C’est un fin stratège qui, comme aux échecs, sait anticiper les coups de son adversaire pour déjà prévoir les siens en réaction.

N’oubliez pas que vous devez d’être clair avec vos collaborateurs sur votre stratégie, pour que chaque équipier sache où vous vous rendez quand vous agissez de telle ou telle manière.

Être transparent est un facteur clé de la proactivité.

Dites clairement vos objectifs, exprimez votre avis, vos valeurs et vos actions probables.

Pour conclure, gardez à l’esprit que vous êtes responsable de ce qui vous arrive et que chaque décision de votre part lors d’un événement aura des conséquences, positives ou négatives, suivant votre degré d’anticipation.

Publicités