Restez en bonne santé. Pratiquez une activité sportive !

Pratiquer une activité sportive à des bienfaits incontestables sur notre santé.

Voici les 7 bonnes raisons et 1 conseil pour que, dès maintenant, sans remettre au lendemain, vous donniez à votre santé la chance de prévenir bien des désagréments:

  • Pour prévenir le cancer
  • Pour limiter les risques cardiovasculaires
  • Contre le stress et la dépression
  • Pour réguler le diabète
  • Contre les insuffisances respiratoires
  • Pour prévenir l’ostéoporose
  • Pour lutter contre le vieillissement cellulaire
  • L’activité idéale : 30 minutes par jour

 « L’activité physique : une arme efficace contre la maladie et le vieillissement prématuré de toutes nos fonctions vitales.

C’est la rentrée, la motivation est à son top, on s’y (re)met vite !

Voici le 7 bonnes raisons:

Pour prévenir le cancer

L’activité physique est une arme préventive sur la plupart des cancers.

La diminution du risque pourrait atteindre jusqu’à 20 % pour le cancer des poumons, 30% pour le cancer de la prostate, 40 % pour le cancer du sein et 50% pour le cancer du côlon.

Le sport, grâce à ses effets sur le métabolisme, les hormones et l’immunité, enrayerait non seulement le processus tumoral, mais freinerait aussi le développement des cellules cancéreuses.

Ce qui en fait un allié de poids dans toutes les étapes de la maladie qu’il s’agisse du traitement, du suivi ou des récidives.

Des études montrent que le taux de rechute des cancers du côlon, du sein et de la prostate baisse de moitié chez les personnes qui avaient une activité physique régulière.

Quels sports ? On estime que 30 à 45 minutes par jour d’activité physique modérée (marche rapide, danse, vélo, aquagym) à intense (jogging, football, sports de combat, etc.) est nécessaire pour diminuer les risques de cancer, la plus grande réduction du risque étant globalement observée les plus actifs.

Pour limiter les risques cardiovasculaires

La Fédération Française de Cardiologie est formelle : « Sans une activité physique régulière, le risque de maladie cardiaque est multiplié par 2 ».

Cette dernière améliore en effet tous les facteurs de risques cardiovasculaires : la tension artérielle, les triglycérides, le cholestérol, le taux de sucre dans le sang, la prise de poids…

Pratiquée intensément, elle augmenterait même le nombre de cellules cardiaques.

Une chose est sûre : un cœur entraîné est un cœur qui se contracte moins souvent, donc qui se fatigue moins vite, et envoie un sang plus abondant et mieux oxygéné au corps.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le sport est fortement recommandé, même en cas de maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, angine de poitrine).

Quels sports ? Chez les moins de 40 ans, toutes les disciplines font l’affaire. Au-delà, ce sont plutôt la marche rapide et la natation « plaisir » qui sont recommandées, voire le vélo ou la gymnastique entre 40 et 60 ans. Ce qui compte est moins l’intensité que la régularité et la durée de l’effort (30 minutes minimum, au moins 3 fois par semaine).

Contre le stress et la dépression

Le sport est un moyen efficace de retrouver le moral.

Il aide à lutter contre le stress et l’anxiété. Ses effets thérapeutiques seraient même similaires à ceux des médicaments en cas de déprime ou de dépression.

Il diminuerait aussi de 50 % le risque de rechute.

Comment ?

Tout simplement en stimulant la production des hormones anti-stress, les endorphines, et celle d’un neuromédiateur qui stabilise l’humeur, la sérotonine.

On a même découvert récemment qu’il permettait à notre cerveau de fabriquer des petites molécules dont l’action est très proche des benzodiazépines comme le Valium.

Quels sports ? Tous les sports d’intensité moyenne (joggingnatation « rapide », gymnastique rythmique, etc.), à raison d’une séance de 45 à 60 minutes, 3 à 5 fois par semaine.

Pour réguler le diabète

Le muscle est un gros consommateur de sucre.

Plus il travaille, plus il en brûle et plus le taux de sucre dans le sang (glycémie) baisse.

D’où l’intérêt du sport pour prévenir le diabète de type 2 (non insulinodépendance), et traiter le diabète de type 1 (insulinodépendant).

Sa pratique régulière, 30 minutes par jour, fait baisser de moitié les risques de devenir diabétique (de type 2) lorsqu’on est pré diabétique.

Elle aussi aide à mieux équilibrer sa glycémie et à réduire les doses nécessaires d’insuline dont on a besoin lorsqu’on est diabétique (de type 1).

Quel sport ? La musculation… Si les bénéfices des efforts d’endurance fréquents et modérés ont été prouvés, de simples exercices de musculation sont aussi efficaces (1h à 2h30 d’exercices par semaine réduirait ainsi de 25 % le risque de devenir diabétique de type 2).

Contre les insuffisances respiratoires

En augmentant la ventilation et la circulation de l’air dans les bronches et les poumons, l’exercice améliore les capacités respiratoires des personnes en bonne santé comme de celles qui souffrent d’une maladie pulmonaire chronique.

Son effet vasodilatateur aide par exemple l’asthmatique à diminuer le nombre de ses crises et leur intensité.

Il freine également l’évolution de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), allant même jusqu’à réduire les hospitalisations et la mortalité qui sont liées de 40 %.

Quels sports ? L’idéal est de varier les types de sports pour entraîner le système cardio-respiratoire à toutes les situations du quotidien : efforts d’endurance de faible intensité sur une longue durée (course à pied, vélo, roller), activités fractionnées (tennis, zumba) et de précision (tir à l’arc, yoga, tai-chi, escalade).

Pour prévenir l’ostéoporose

Le sport consolide les os, renforce les muscles et assouplit les articulations.

Du coup, il est indispensable pour prévenir et traiter les maladies ostéo-articulaires (mal de dos chronique, rhumatismes, polyarthrite rhumatoïde, arthrose, etc.).

Comme il favorise la fixation du calcium sur les os, c’est aussi un bon moyen de ralentir la perte osseuse, donc de lutter contre l’ostéoporose et d’éviter les fractures en vieillissant (vertèbres, hanche, poignet, etc.).

Quels sports ? Privilégier les sports d’endurance doux pour les articulations comme le vélo ou la natation, les exercices impliquant des étirements et la musculation douce (pilates, gym douce). Eviter en revanche les disciplines avec des impacts réguliers (le jogging et le tennis, par exemple).

Pour lutter contre le vieillissement cellulaire

La pratique sportive dope certaines hormones « rajeunissantes » (comme la testostérone ou l’hormone de croissance).

Mieux, des chercheurs allemands ont découvert qu’elle permettait de stabiliser la taille des télomères.

Ces bouts d’ADN situés à l’extrémité des chromosomes se raccourcissent en effet avec le temps.

Or, plus ils sont courts, plus les cellules s’affaiblissent, se dégradent et meurent.

Bref, éviter aux télomères de s’éroder permet de prévenir le vieillissement cellulaire, et, par la même occasion, le nôtre.

Quels sports ? Seule une activité d’endurance régulière et intensive, comme la natation « rapide » ou le footing, permettrait de conserver ses télomères en « bon état ». Une condition toutefois : ne pas dépasser une heure. Au-delà, le corps fabrique des radicaux libres qui accélèrent le vieillissement.

Le bon conseil:

L’activité idéale : 30 minutes par jour

C’est aujourd’hui prouvé scientifiquement, le sport est bon pour la santé.

Mais de la théorie à la pratique, il y a parfois un gouffre.

Manque de temps, de motivation, d’argent…

Ce ne sont pas les excuses qui manquent.

Et pourtant, comme le rappelle l’Académie de Médecine qui s’est penchée récemment sur le sujet, de nombreuses publications viennent aujourd’hui le confirmer : l’activité physique et sportive « augmente l’espérance de vie en bonne santé » et « retarde la dépendance ».

L’idéal ?

Pratiquer 30 minutes d’activité physique par jour, en une ou plusieurs fois, à une intensité comparable à celle de la marche rapide (6 Km/h), et y associer une heure de sport 3 fois par semaine.

Trop pour vous ?

Qu’à cela tienne, faites-en moins.

Bouger, un peu, c’est mieux que rien du tout.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la sédentarité serait en effet responsable de plus d’un décès sur 10 dans le monde, soit à peu près autant que le tabac ou l’obésité !

À contrario, 15 petites minutes quotidiennes d’activité physique suffiraient à prolonger la vie de 3 ans. »

Par Claire Gabillat. Femme Actuelle.

Parcours LEADER Efficace V1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s