Libérez-vous de votre passé

Vous souhaitez retourner dans le passé, revivre vos différentes expériences, renouveler avec une relation dont vous n’étiez pas satisfait, revenir dans une entreprise dans laquelle vous étiez salarié, ou encore recommencer votre journée hier pour mieux l’appréhender ?

Je suis désolé de vous dire que ce n’est pas une bonne idée..! C’est même impossible.

Ce qui est passé est passé. 

Se remémorer le passé s’est s’ouvrir très souvent à des souffrances inutiles, c’est un peu du masochisme.

Vous devez cependant prendre toutes ces expériences professionnelles et personnelles, positives ou négatives, comme riches d’enseignement pour pouvoir construire un avenir plus propice à votre épanouissement personnel.

Comment voulez-vous ne pas gâcher le moment présent si votre esprit est tourné vers le passé ?

Celui qui tiens à revenir en permanence sur son passé est comme le meunier qui fait broyer la farine une seconde fois.

Chez les sages, le dossier du passé se referme et ne se raconte pas.

La tristesse ou les regrets ne sont qu’une perception erronée de ce que vous laissez derrière vous, sans vous accorder l’importance de vivre le moment présent, là où vous êtes.

La lecture du passé entraine la perte du moment présent. Il est question ici de l’anéantissement de l’instant que vous vivez maintenant.

Il est inutile de faire l’autopsie du cadavre de votre passé. Ne regardez pas en arrière sauf si vous pouvez y déceler un éventuel enseignement, un facteur de progression.

Regarder en arrière et se réfugier dans le passé est une solution pour les personnes qui ont une tendance à fuir le présent, la vie, l’inconnu.

Il est donc essentiel d’assumer le temps présent, de le vivre pleinement.

La méditation en pleine conscience est à mon sens l’outil idéal, le remède absolu. Lisez les ouvrages de Christophe ANDRE. vous y verrez de belles pistes pour ne plus subir un passé trop lourd à vos yeux.

Il n’existe pas encore de machine à remonter dans le passé et le transformer.

Ça serait d’idéal pour mettre une nouvelle dimension aux divers obstacles rencontrés. Mais désolé, cela n’existe pas.

Vous devez concentrer toute votre énergie à vivre le moment présent et tous ceux qui se profilent devant vous, car c’est bien là que vous passerez le reste de votre vie.

Levez-vous chaque matin afin de rendre votre journée profitable pour vous et pour ceux qui vous entourent. Gardez à l’esprit qu’une fois la journée passée, vous ne pourrez plus y revenir de manière active. Elle sera passée. C’est comme çà.

Pour vous libérer de votre passé, il vous appartient de faire la liste de tous vos succès, de la qualité des relations que vous entretenez avec vos proches, d’être émerveillé de tout ce que vous possédez, de tout ce que vous savez.

Vivre chaque jour sans rancune, sans tristesse et sans regret est un pas qui compte vers la voie de la sérénité.

Prenez conscience en vous levant chaque matin que vos poches sont pleines de 24H à utiliser de la meilleure des manières. Elles représentent un capital qui est à vous et vous seul pouvez utiliser au mieux.

Quand ces 24 seront utilisées, sachez que vos choix de grandeur ou de petitesse seront accompli.

Alors ne gaspillez pas votre temps. Profitez de tous les moments qui vous sont offerts pour faire de vous la meilleure version de vous-même, celui dont vous rêvez.

Vous ne serez jamais récompensé d’une heure supplémentaire par jour. C’est une donnée inébranlable. Quoique vous fassiez, ce ne seront que 24H de crédit temps qui ponctueront chaque journée.

Vous êtes tel que vous êtes.

Vous vous êtes construit au fil du temps, avec tous les écueil de la vie, mais aussi avec toutes les belles réussites dont vous avez été l’artisan.

Je ne vous demande pas de tout oublier. Mais de vous concentrer sur ce qui se passe maintenant dans votre vie, aussi douloureux soit ce moment. La douleur ne dure jamais. Elle passe.

Il vous suffit simplement de vous attacher à la belle personne que vous êtes, à tout ce que vous souhaitez accomplir, tant sur le domaine de votre job que sur celui du personnel.

Le temps qui vous est attribué pour que demain soit meilleur est issu de vos pensée d’aujourd’hui. Ne gaspillez rien. Vivez pleinement chaque instant, comme si c’était votre dernier jour.

En lisant ces quelques mots, vous êtes dans le moment présent. Vous prenez conscience de l’impact qu’ont vos pensées et vos actes sur demain, et bien après.

C’est ici et maintenant que vous allez vous reconstruire. Avec de nouveaux outils, de nouvelles données, une nouvelle démarche.

Apprendre à s’aimer soi-même est bien plus productif que d’attendre d’être aimé par une autre personne. On ne peut partager que ce que l’on a. Si vous ne vous aimez pas, comme attendre en retour d’être apprécié ou aimé pour ce que vous êtes ?

Soyez vous-même aujourd’hui, peu importe ce qui s’est passé hier.

Vous vivrez alors dans un monde plus juste pour vous, plus en adéquation avec vos aspirations.

Oubliez les choses du passé en les bannissant à chaque instant de votre esprit, de votre mémoire.

Les événements du passé vous ont quitté. Ils ne reviendront pas. Soyez-en certain.

Soignez chaque instant en bannissant pensées négatives, gros mots, esprit de contradiction, critiques envers une autre personne.

Ceux qui critiques se donnent l’illusion d’exister. Ils vivent dans le négatif, dans l’idée que pour réussir, mieux vaut abattre une personne en l’abaissant plutôt que de jouer sur ses propres qualités. Car des qualités vous en avez, et vous le savez.

Levez-vous chaque jour une demie heure plus tôt qu’avant.

Prenez 30mn, pas plus, pour faire ce programme:

  • 10mn de méditation en pleine conscience;
  • 10mn d’étirements;
  • 10mn pour vous tenir informé de l’actualité.

Ensuite, ne vous replongez plus de la journée dans les informations, dans l’actualité. Vous y avez déjà consacré 10mn de votre précieux temps, et c’est très largement suffisant pour échanger avec votre entourage.

Enfin, lisez plusieurs fois par jour le poème suivant, que Charlie CHAPLIN a récité en public lors de son 70ème anniversaire, le 16 Avril 1959. Ce poème est une leçon de vie comme il n’y en a peu:

« Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer.

 Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’Estime de soi.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle, n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’Authenticité.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.

 Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle la Maturité.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.

 Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle le Respect.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.

 Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’Amour Propre.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grand plans, j’ai abandonné les méga – projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plaît et à mon rythme.

 Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle la Simplicité.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.

 Aujourd’hui, j’ai découvert l’Humilité.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.

 Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle la Plénitude.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir, mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient un allié très précieux.

Tout ceci est le Savoir Vivre ! »

 « Du chaos naissent les étoiles » Charlie CHAPLIN

Bon courage à vous. Merci pour votre attention et tous vos messages qui sont autant d’encouragements à persévérer dans la voie qui est la mienne.

N’ayez plus peur

N’ayez plus peur du lendemain

Nous avons tous connu la peur qui paralyse. Cette peur qui nous empêche de vivre le moment présent. Celle qui nous empêche de dormir. Celle qui nous pousse à fuir devant une personne ou une situation.

Est-ce normal d’avoir peur ?

Oui….!

La partie reptilienne de notre cerveau entraine 2 réactions face à une situation nouvelle :

  • Soit la fuite ;
  • Soit l’affrontement.

Avez-vous peur de changer de travail par peur de ne pas trouver mieux ? Avez-vous peur de mettre fin à une relation par peur de ne plus connaitre les joies du couple ? Avez-vous peur de quitter certaines relations par peur de vous retrouver seul ?

Il y a abondance dans tous les domaines de notre vie. C’est une certitude.

La peur du changement est un fléau que je rencontre beaucoup dans le monde de l’entreprise, y compris chez les cadres que j’accompagne.

Se remettre en question est pourtant le meilleur remède à la lassitude. C’est la voie privilégiée pour atteindre de nouveaux objectifs, pour grandir, pour progresser.

Certains pensent que leur rémunération n’est pas à la hauteur de leurs compétences, de leur qualités.

Ont-ils juste essayé de s’analyser objectivement ?

Ont-ils proposé leurs services dans d’autres structures pour connaitre leur réelle valeur sur le marché ?

Ces personnes deviennent progressivement des victimes de leurs pensées en s’inscrivant dans le reproche vis-à-vis de leurs collègues ou de leur hiérarchique.

Et, à un âge où une forme de bilan devient nécessaire, l’idée que c’est de la faute des autres ou des circonstances est ressassée à volonté.

Nous sommes responsable de notre avenir. C’est bien nous qui provoquons les choses. C’est notre esprit qui créé les circonstances de notre bonheur.

Imaginez-vous si Steeve JOBS avait eu peur des critiques, aurait-il révolutionné notre monde comme il l’a fait ?

Imaginez-vous si Elon MUSK avait eu peur de voir grand, d’être différent, aurait-il révolutionné le monde de l’automobile et de l’espace en si peu de temps ?

Imaginez-vous si Emmanuel MACRON avait eu peur de bouleverser l’ordre politique établit en restant bien au chaud chez Rothschild… ?

Ces personnes étaient certaines d’une chose : de leur potentiel personnel.

Elles croyaient en elles et dans l’avenir qui se présentait à elles. Elles ont créées les circonstances de leur succès. Elles se sont appropriées la chance et les circonstances qui se présentaient à elles.

Ne pas oser parce que vous avez peur ne reflète pas votre destinée.

La peur est la chambre noire où se développe le négatif.

Les belles opportunités ne se présentent rarement 2 fois. Il faut savoir les saisir sans attendre.

Et la peur que l’on peut éprouver face à ces opportunités représente un véritable handicap. Cette peur créé le doute. Le doute ouvre alors la porte à l’échec.

La peur est une projection négative de l’avenir, face à une situation précise.

Il y a une chance sur cent pour que de mauvaises choses arrivent. Notre égo protecteur nous entraine alors à ne penser qu’à l’obstacle, qu’à l’échec, qu’à l’image que nous donnerons de nous suite à cet échec.

Notre réaction alors ? Fuir.

On ne fuit parce que l’on a peur. On a peur parce que l’on fuit !

Fuir :  c’est s’abandonner à cette zone de confort que les perdants utilisent comme prétexte pour ne pas faire, pour ne pas apprendre, pour ne pas progresser.

Nous avons toutes et tous de grandes choses à réaliser. Mais nous n’en avons pas tous conscience.

Qu’aimeriez-vous que l’on inscrive sur l’épitaphe de votre tombe ?

  • Il était sympa et gentil ?
  • Ou il nous a fait grandir, il nous a fait devenir meilleur, il a contribué à nous faire voir le monde en plus grand ?

J’entends tellement de gens se plaindre de leur sort. Ca doit être difficile à vivre au quotidien, pour eux bien sûr, mais aussi pour leur entourage.

Leurs blocages ? Ce sont leurs pensées négatives face à l’avenir. Nos pensées créées notre futur. Et la peur est l’une d’entre elles. Mais peur de quoi ?

Mon premier coach, lors de ma carrière de sportif, me disait souvent que c’est avec beaucoup d’échecs que l’on forme les plus belles victoires. Et il avait raison.

Avoir la conviction profonde que vous pouvez réussir dans vos projets est la première étape qui vous permettra de réduire à néant cette petite voix qui se plait à répéter que ce n’est pas fait pour vous, que vous ne pouvez pas y arriver, ou encore que regarder la TV est bien plus agréable.

Fuyez les chaines d’information qui nous distillent en permanence de mauvaises ondes par l’intermédiaire de nouvelles toujours plus déchirantes. Ces chaines ont besoin de vous pour vivre. Elles créées alors tout ce qui est possible pour vous attirer et vous garder dans un monde où seul le gros titre (si possible exceptionnellement difficile à regarder) est revendiqué.

Ces chaines créées la peur en nous. C’est leur manière à elles de nous rendre addict.

En vous donnant la possibilité de voir votre avenir meilleur, plus grand, vous vous donnerez les moyens de vivre une vie plus pleine.

Vous vous suffirez à vous-même, sans devoir compter sur des personnes ou des événements. C’est ce que l’on appelle la complétude.

Rappelez-vous la pub Sony : « Vous en avez rêvé ? Sony l’a fait ».

Alors rêvez et faites. Mais faites-le vous-même !!

Faites que la peur ne soit plus un prétexte pour procrastiner, ou pour abandonner.

Faites de cette peur une alliée pour vous prévenir uniquement des possibles conséquences de vos décisions, sans excès. Elle sera alors un formidable outil pour analyser posément les meilleures solutions pour vous construire un nouvel avenir.

« J’ai appris que le courage n’était pas l’absence de peur, mais la capacité à la vaincre ». Nelson MANDELA