Agissez.. maintenant !

Savez-vous vraiment ce que vous attendez de la vie ?

Il est dit qu’un homme sans objectif est comme un navire sans gouvernail.

Il va où le vent le porte, là où les circonstances ont décidé de l’emmener, pour lui et à sa place !

  • Avez-vous pris le temps de vous poser la question ultime ?
  • Cette question qui deviendra une affirmation, celle de votre épitaphe ?

Qu’ai-je fais de ma vie ?

Il est peut-être temps de prendre conscience que vous seul pouvez faire de votre vie une réussite.

Êtes-vous une victime de la vie, ou plutôt un décideur ?

Le succès ou l’échec sont les conséquences de l’utilisation (bonne ou mauvaise) que l’on fait de notre esprit.

L’esprit de décision est solliciter à chaque instant.

Mais certaines personnes décident de ne pas décider. De laisser faire les choses. Et ces personnes attendent, encore et encore… Elles pensent que l’on viendra les chercher parce qu’elle ont une bonne étoile… !

  • Vous ne trouvez pas la reconnaissance espérée dans votre travail ?
  • Vous estimez que votre rémunération n’est pas à la hauteur de vos compétences ?
  • Vous n’arrivez pas à rencontrer votre âme sœur ?
  • Vous pensez que votre collègue  est privilégié par rapport à vous ?

Alors qu’attendez-vous pour décider de changer ?

Il vous appartient de créer les conditions de votre réussite, de vous lancer dans l’incertitude d’une situation, de provoquer les choses.

Pensez-vous que les leaders que nous connaissons tous, du monde de l’entreprise ou de la politique, ont attendu devant leur TV que leur destin sonne à leur porte ?

Vous êtes l’acteur de votre réussite. Rien d’autre.

C’est à vous qu’il appartient de donner dès maintenant une nouvelle dimension à votre vie, si vous en rêvez bien-sûr !

Chaque état d’esprit qui entraine un échec est un esprit d’indécision.

Seul le rêveur qui agit avec un esprit de décision pour atteindre son but, pour réaliser son rêve, est dans le vrai, dans la bonne vision de lui-même.

Il agit ici et maintenant sans attendre que les planètes soient bien alignées, ou que demain sera plus propice au succès.

L’indécision est en réalité la décision d’une personne d’échouer.

L’habitude qu’ont certaines personnes à ne pas décider est inscrite profondément dans leur esprit.

Avez-vous déjà entendu des gens vous dire : « je vais essayer ! ».

Au même titre que vous n’essayez pas de manger à chaque repas, vous devez de bannir ce mot : essayer.

Essayer, c’est déjà revendiquer que le doute est en vous sur vos capacités à réussir.

Le doute n’ouvre-t-il pas la porte à l’échec ?

Essayer, c’est donc anticiper l’échec en prononçant le mot des perdants, des loosers.

Essayer, c’est prévenir les autres que votre volonté est altérée par votre habitude à faire juste ce que vous pouvez, ce qui est possible pour vous, en oubliant les incroyables ressources dont vous disposez pour faire plus grand, plus haut et plus fort.

Je côtoies bien trop de cadres qui ont oublié qu’il leur appartient de créer eux-mêmes leur réussite. Ils sont dans le déni permanent, alors même qu’ils ont pour tâche essentielle de motiver des équipes, de créer l’esprit d’initiative.

Ces cadres sont souvent dans la revendication salariale, en oubliant qu’ils ne se dépassent que très rarement, qu’ils ne sont pas d’initiative. Ces personnes subissent leur vie en se créant des habitudes de perdants.

C’est bien la différence entre un manager (qui est nommé) et un leader (qui est désigné par ses pairs).

Le premier est dans la gestion humaine et fuit souvent la décision, l’autre est dans une démarche du dépassement de soi, pour lui et pour toute son équipe. Il est un vrai décideur.

Qu’elle est la plus belle réussite qu’un cadre puisse enregistrer ?

Celle de voir ses collaborateurs progresser et devenir à leur tour des cadres performants et efficaces est à mon sens la plus belle. Et c’est bien les leaders qui ont cette faculté.

Bien trop de gens, après avoir obtenu un diplôme ou une certification, n’ouvrent plus jamais un livre. Ils pensent qu’ils détiennent la vérité grâce à leur formation initiale, en oubliant que la vie est un apprentissage permanent.

Notre monde change, en permanence. Les gens aussi, et le monde du travail surtout.

Gardez à l’esprit qu’il n’y aura plus de CDI d’ici à une dizaine d’année. L’ubérisation sera un fait, une constante. L’équilibre entre l’entreprise et le travailleur deviendra la règle. Chaque personne pourra vendre ses services sans aucune contrainte hiérarchique.

Les générations Y et Z sont déjà dans cette dynamique. Ces générations sont dans la décision. Celle de choisir leur employeur, d’en changer quand elles le souhaitent. Ces jeunes donnent une réelle valeur ajoutée aux entreprises.

Je travaille personnellement avec ces jeunes de 25 à 40 ans. Quel bonheur d’avoir avec moi ces personnes.

Elles me font grandir à chaque instant, malgré mes 52 ans. Leur état d’esprit est si ouvert que l’obstacle devient une belle opportunité, que l’échec devient une source d’apprentissage, que l’instant présent est le moment où il faut agir.

Leur capacité à décider ici et maintenant, malgré leur jeune âge, est réelle et efficace.

Loin de cultiver le jeunisme, mon idée est, dans ces quelques lignes, de vous alerter sur les habitudes de perdant que l’on cultive au fil des années. Et qu’à force d’essayer, la vie risque de devenir un essai !

Alors décidez, lisez, apprenez, agissez, persévérez et gagnez !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s